JEV_LAST_YEAR Le mois dernier Novembre 2019 Le mois prochain JEV_NEXT_YEAR
L Ma Me J V S D
week 44 1 2 3
week 45 4 5 6 7 8 9 10
week 46 11 12 13 14 15 16 17
week 47 18 19 20 21 22 23 24
week 48 25 26 27 28 29 30

 

icon acte8 2<< Télécharger la version pdf du magazine

 

Dès le plus jeune âge, nous vivons le conditionnement aux normes de la société. Mais qui fait société ?

Vous, nous.

Le projet Acte8 a juste pour ambition de poser, à sa manière, la question plus particulière des normes de genre. Leurs contextes, leur histoire, leur vécu et l’injustice ressentie par les personnes qui en souffrent ici, chez nous. Hommes, femmes, nous les avons intégrées de façon tellement inconsciente que le premier pas est d’abord de réveiller notre esprit en acceptant déjà d’entendre des questionnements qui nous semblent parfois étrangers.

Ainsi, dans le deuxième numéro de la publication Acte8, nous vous invitons à quelques points de débat. Que penserez-vous des réflexions ci-dessous ? Votre avis nous intéresse !

Pour en parler, rejoignez-nous dans le lieu dédié à Acte8. Car c’est une nouveauté : cette publication se dévoile aussi « en réalité augmentée » (causerie inaugurale, expositions, ateliers, conférence…) à l’espace Saint-Mengold chaque weekend, du jeudi 28 février au dimanche 24 mars.

 
Suite à un soucis technique survenu lors de la prise de son, l’enregistrement de la Causerie du jeudi 28 février ne pourra malheureusement pas être diffusé sur 48FM.

 

 

L’idée que l’espace public est neutre, en termes de genre, est très répandue. Il en va de même pour la question de la mobilité. Dans le cadre du projet Acte8, nous interrogeons ce présupposé.

 

L’histoire du féminisme en Belgique, comme partout, s’est construite et se construit grâce à l’opiniâtreté de quelques-un.e.s…

 

Du conditionnement des enfants, on interroge les choix vestimentaires que font les adultes, renforçant ou détricotant ainsi les stéréotypes.

On ne nait pas féministe, on le devient ?

 

Ce sujet est le résultat d’un atelier d’expression individuelle et collective coorganisé par la Maison de la poésie d’Amay et par l’asbl Vie Féminine.

 

« L’embrigadement du corps est la condition de la soumission des esprits. »

Jean-Marie Brohm